?

Log in

No account? Create an account
Les notes raffinées de la Démocratie - Quaerendo Invenietis [entries|archive|friends|userinfo]
RacReciR

[ Amorçage | RiceRcaR ]
[ Réflexivité | moi je ]
[ Archives | Réminiscences ]
[ Piano | Radio blog ]
[ Youtube | Videos ]
[ Home | In Principiam... ]

Les notes raffinées de la Démocratie [7e aoû. 2006|10:59 pm]
RacReciR
Touche pas au LibanQuelle est votre vision de la démocratie ?
Chacun, en ces jours troubles, semble avoir la sienne et j'avoue avoir du mal à m'y retrouver.
Ainsi, Israël et les Etats-Unis, signataires de la plupart des traités internationaux font figure de parangon de vertu au Moyen-Orient qui a des leçons à prendre en la matière.
Soit.
Au compte actuel, 36 députés, 6 ministres et le président de l'assemblée nationale palestinienne ont été arrêtés à leur domicile et conduits en prison, au mépris de leur immunité parlementaire.
Je n'évoque pas ici le sort des milliers de civils libanais et palestiniens détenus dans les geoles israëliennes sans autre forme de procès.
Le Président de l'assemblée nationale, professeur d'université sexagénaire dans le privé, a même été passé à tabac par les détenus de la prison où il était enfermé.
Il est en soins à l'hôpital où sa famille et son avocat ne sont pas autorisés à le voir ou à prendre de ses nouvelles.
Chef d'accusation ? Ils font partie du Hamas.
Ca tombe bien, c'est le parti qui a remporté les élections en Palestine à plus de 70% des votes exprimés.
Forcément, l'autre parti, celui qui a perdu, le Fatah était celui de Arafat.
Au pouvoir depuis les glorieuses années de la résistance à l'étranger, il s'était résolu à la paix avec Israël et avait conclu des accords de paix qui constituaient un état palestinien à Gaza et en Cisjordanie.
La question de Jérusalem demeurant ouverte.

Le problème, c'est qu'Israël n'a jamais (depuis l'assassinat de Rabin) eu l'intention de respecter ces accords.
Il est extrêmement aisé en Orient de trouver un prétexte pour renier sa parole.
N'importe quel gosse de 15 ans dispose, à volonté, de l'armurerie qui ferait pâlir d'envie tous les morveux qui se pâment avec leur Game Boy ou leur Play Station.
Sauf qu'en Orient, ça tire de vraies balles et ce sont de vrais explosifs.

Il suffit donc qu'un gosse, plus ou moins manipulé - ça peut aussi être le parent de victimes d'un conflit précédent, il y en a - aille se faire sauter avec un keffieh sur la tête dans un quartier résidentiel et provoque un carnage pour qu'Israël prenne prétexte de l'incident pour annuler tous ses engagements.
Ajoutez à cela les deux Intifadas et la construction d'un mur de 8 mètres de haut en béton armé qui enferme dans un vaste enclos quelques centaines de milliers de personnes qui n'ont alors plus d'autre choix que de mourir de faim, de soif, sous les balles ou que sais-je encore ? Du moment qu'elles restent de leur côté du mur.
C'est donc une spécialité locale : mettre ou laisser mettre en place des instances démocratiques (Palestine et Liban) puis, à la moindre anicroche, raser tout ce qui dépasse pour apprendre à la police locale à faire correctement son métier.
C'est la tolérance zéro poussée à son paroxysme.
On rase le 93 au premier zy-va qui brûle une voiture ou qui brutalise une vieille. Ca les fera réfléchir pour la prochaine fois !
L'humiliation, la punition collective et le dédain le plus total pour la dignité ou la vie des gens.
Femmes, enfants, malades, vieux, civils, militaires, c'est pareil.
Je pensais cela révolu depuis la deuxième guerre mondiale.

Ce qui est fait au Liban, a déjà été fait (et continue de l'être) en Palestine en pire : raser le parlement palestinien, bombarder la résidence présidentielle où était enfermé Arafat, assassiner des opposants à coup de missiles tirés d'hélicoptères ou en piégeant leur téléphone portable ou leur voiture, les tirs indiscriminés contre les civils, les industries, les fermes, plantations,... bref, toute la panoplie du parfait petit terroriste démocrate.
On n'appelle pas les actions d'une grande démocratie terrorisme. Ce sont de légitimes actions de défense contre d'odieux méchants qui sont prêts à se faire tuer avec leur ceinture de bombe sans raison, rien que pour nuire à votre amour de la liberté et de la démocratie.
Parce que, voyez-vous, ceux d'en face, n'accordent aucune valeur à la vie.
Les cigognes livrent les enfants libanais, palestiniens, irakiens à leurs parents avec une date de péremption très courte. Ils sont donc susceptibles d'être retrouvés en pièces détachées pour un oui ou un non.
Pas solide comme construction. Du travail d'arabe.
Voila le panégyrique et les actions d'une grande démocratie - inspirée par son dieu de surcroit - qui seront enregistrées au Panthéon des vertus pour la légende des siècles.
Les représentants des ONG qui travaillent dans le sud-Liban, comparent ses villages à Nagasaki.
Il n'y reste plus rien de vivant et pas une pierre sur l'autre.

Il manque une chute à ce billet. C'est la coutume du genre.
Les medias du monde entier la fournissent en permanence.
J'ai bien peur que mon imagination peine à concevoir l'horreur de la suite.
Des milliards de personnes assistent avec, chacune son (re)sentiment personnel, aux événements du Moyen-Orient : Afghanistan, Irak, Palestine, Liban d'un côté, Israël et les Etats-Unis d'Amérique de l'autre.
Des millions de personnes pleines de haine de part et d'autre.
De démocratie nulle part.
Je ne veux pas être pessimiste mais j'ai du mal à penser que cette barbarie s'arrêtera spontanément à ces frontières.
Le cancer de la démocratie est malin, nous en mesurons les effets depuis septembre 2001 et les limitations drastiques des libertés individuelles en occident.
La différence de potentiel entre les opinions publiques et les actions politiques ou militaires est telle que des métastases essaimeront fatalement dans le reste de l'organisme.

Les prières ne font pas de mal mais les expérimentations réalisées par les scientifiques (britanniques) ont constaté que cela n'avait aucun impact significatif sur l'état du patient.
Première étape pour guérir un malade : poser un diagnostic fiable.
Deuxième étape : engager les soins.
La gestion du temps est critique dans la mesure des chances de survie du patient.
LienRépondre